Club de Taekwon-Do I.T.F. de Gatineau

                                              itfgatineau@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil

Le Taekwon-Do

Le Club

Pour nous joindre

Nos supporteurs

 

Liens

 

Taekwon-Do

 

 

Disciplines

 

 

 

Schéma

 

Les différentes disciplines pratiquées en Taekwon-Do I.T.F sont intimement liées l’une à l’autre.  Un adepte sérieux doit s’afférer à pratiquer chacune de ces disciplines afin de découvrir pleinement la «puissance» et la beauté du Taekwon-Do.  Mais la pratique des différentes disciplines doit s’appluyer ultimement sur la pratique du «Do» afin de faire du Taekwon-Do I.T.F. un art martial, un mode de vie et un outil de développement social.

 

 

Mouvements fondamentaux

 

Les mouvements fondamentaux sonts les éléments de bases du Taekwon-Do I.T.F.  Ils sont l’ensemble des positions, des déplacements et des techniques de mains et de pieds en défense et en attaque.  La pratique des mouvements fondamentaux est essentiel au développement technique de l’adepte et à sa compréhension de l’application du mouvement.

 

Formes

 

Extrait de: ENCYCLOPEDIA OF TAEKWON-DO, by Gen. Choi Hong Hi, First Edition, 1983, International TaeKwon-Do Federation, Volume 1, pages 154 to 159; Patterns; Volume 9, page 19; traduction de l'Association, 1ère édition.

--------------------------------------------------

 

Les formes en Taekwon-Do (Tul)

 

L'ancienne loi d'Orient est la même que la loi d'Hammourabi: «œil pour œil, dent pour dent». Son application est rigoureuse même en cas de mort accidentelle. Dans une telle atmosphère, et comme le système de combat libre n'est pas développé, il est impossible pour un adepte d'Arts martiaux de pratiquer ou de vérifier son habileté d'attaque ou de défense contre des adversaires en mouvement. Le progrès individuel est alors retardé jusqu'à ce qu'un praticien imaginatif crée les premières formes.

 

Les formes sont des mouvements de base variés faites en séquence logique et déterminée, pour la plupart représentant des techniques d'attaque ou de défense. L'adepte s'oppose systématiquement à un adversaire imaginaire suivant différentes hypothèses, se servant de chaque arme d'attaque ou de défense dans diverses directions. Ainsi, la pratique des formes permet à l'adepte d'exécuter à la suite plusieurs mouvements de base, de développer des techniques de combat, d'améliorer sa flexibilité, de maîtriser le changement de position du corps, de développer la musculature et le contrôle de la respiration, de développer la fluidité des mouvements et d'acquérir du rythme.

 

Cette pratique permet aussi à l'adepte d'acquérir des techniques particulières qu'il ne peut développer par les exercices de base et les combats. En résumé, une forme peut être comparée à un «mot» où le mouvement fondamental est l'alphabet. Même si le combat peut indiquer le niveau de formation d'un adversaire, la forme est un l’indicateur plus valable pour évaluer sa compétence technique.

Les critères suivants servent à évaluer l'exécution d'une forme:

Respect du diagramme : la forme commence et se termine au même endroit. C'est la preuve de la précision d'exécution.

 

Positions de base : il est question ici du respect de la position des pieds (position de marche, en L etc.) lors de l’exécution d’un mouvement.

 

Mécanisme des mouvements ou l’A-B-C: les mouvements doivent être exécutés de la bonne façon en respectant la préparation (A), la prise d’élan (B) et la finition (C) de chaque technique (précision technique).

 

Mouvement de vague : le mouvement de vague permet la détente entre chaque mouvement ainsi que l’utilisation de la masse (se référer à la «Théorie de la puissance») afin de dégager le maximum de puissance par la suite.

 

Puissance : chaque mouvement de la forme doit exploser en utilisant adéquatement la vitesse et la contraction finale.

 

Synchronisme : les mains, les pieds, les yeux et l’expiration doivent tous arriver en même temps à la fin d’un mouvement.

 

Rythme : la forme doit être exécutée de façon fluide et rythmique, ni trop lent ni trop rapide.

 

Il y a 24 formes en Taekwon-Do parce que la vie d'un être humain (100 ans peut-être) se compare à une journée dans l'éternité. L'être mortel n'est rien d'autre qu'un voyageur d'une journée dans les milliers d'années de l'éternité.

 

 

La signification des formes ceintures de couleur

 

Forme

Signification

Chon-Ji

19 mouvements

Chon-Ji, littéralement "ciel, terre". il est interprété en orient comme étant la création du monde ou le début de l’humanité. Cette forme consiste en deux parties semblables dont l'une représente le ciel et l'autre la terre

Dan-Gun

21 mouvements

Dan-Gun est nommé d'après Saint Dan-Gun, le fondateur légendaire de la Corée en l'an 2333 avant Jésus-Christ.

Do-San

24 mouvements

Do-San est le pseudonyme du patriote Ahn Chang-Ho (1876-1938) qui consacra sa vie entière à développer l'éducation en Corée et ses mouvements d’indépendance.

Won-Hyo

28 mouvements

Won-Hyo fut un moine qui introduisit le Bouddhisme dans la dynastie Silla en l'an 686 après Jésus-Christ.

Yul-Gok

38 mouvements

C'est le pseudonyme du grand philosophe et savant Yil (1536-1584) surnommé "Confucius de la Corée". Les 38 mouvements de cette forme se réfèrent à son lieu de naissance sur le 38eme parallèle. Le diagramme veut dire «sage».

Joong-Gun

32 mouvements

C'est le nom du patriote Ahn Joong-Gun qui élimina Hiro-Bumi Ito, premier gouverneur général japonais de Corée; ce dernier joua un grand rôle dans l'annexion de la Corée au Japon. Les 32 mouvements de cette forme représentent l'âge de M. Ahn lorsqu'il se fit exécuté en 1910.

Toi-Gye

37 mouvements

C'est le nom de plume du grand savant Yi Hwang (16eme siècle), une autorité du néoconfucianisme. Les 37 mouvements de cette forme rappellent son lieu de naissance sur le 37eme parallèle. Le diagramme signifie «sage».

Hwa-Rang

29 mouvements

C'est le nom du groupe de jeunes Hwa-Rang qui se forme sous la dynastie des Silla au début du 7eme siècle. Les 29 mouvements se réfèrent à la 29eme division d'infanterie où le Taekwon-Do prend sa forme.

Choong-Moo

30 mouvements

C'est le nom donné à Yi Soon-Sin de la dynastie des Yi. On lui attribue l'invention du premier navire cuirassé en 1592, le précurseur du sous-marin. Cette forme se termine par une attaque de la main gauche pour symboliser le deuil causé par sa mort. Il n'a pas pu démontrer la puissance sans borne de son engin retenu par sa réserve et sa loyauté envers le roi.

 

Combats arrangés

 

Les combats arrangés 3 pas sont typiquement composés de 3 attaques et de 3 défenses suivies d’une contre-attaque de pied ou de main.  Une prise de mesure doit être effectuée préalablement par l’attaquant et dépend du type d’attaque.  Il y a également un échange de signal de part et d’autre de l’attaquant et du défenseur, afin de bien établir le synchronisme du combat. Le combat arrangé 3 pas débute toujours avec l’attaquant en position de marche blocage bas et le défenseur en position parallèle d’attente.

 

Le combat arrangé 2 pas ne veut pas dire nécessairement que l’attaquant avance de deux pas.  En effet, l’attaquant comme le défenseur peut faire plus de deux déplacements (saut ou autre), mais l’attaque est toujours composée d’une technique de main et d’une technique de pied. Le combat arrangé 2 pas débute toujours avec l’attaquant en position en L blocage en garde des avant-bras et le défenseur en position parallèle d’attente. Une prise de mesure doit être effectuée préalablement par l’attaquant et dépend du type d’attaque.  Il y a également un échange de signal de part et d’autre de l’attaquant et du défenseur, afin de bien établir le synchronisme du combat

 

Le combat arrangé 1 pas consiste à une attaque et une défense suivi d’une contre-attaque. Le combat arrangé 1 pas débute toujours avec l’attaquant en position en L blocage en position parallèle d’attente et le défenseur en position parallèle d’attente.  Aucune prise de mesure n’est nécessaire et aucun signal n’est échangé.

 

Le «modèle sparring» est la version spectaculaire du combat arrangé un pas.  Ainsi, plus d’une contre-attaque est permise.

 

Les combats arrangés ont leur importance puisque permettent la compréhension des mouvements fondamentaux des formes par leur mise en application.  C’est lien entre les formes et l’auto-défense.

 

Combat libre

 

Le combat libre est l’aspect compétitif du Taekwon-Do I.T.F où deux partenaires se combattent suivant un système de combat bien défini.

 

Système de pointage en compétition

 

Le système de pointage en compétition de Taekwon-Do ITF est relativement simple.  Le système est basé sur un pointage de 1, 2 ou 3 points attribués selon la technique utilisée et la cible atteinte.

1 point : Toute attaque de la main au corps ou à la tête sautée ou pas.

2 points : Toute attaque de jambe au corps sautée ou pas.

3 points : Toute attaque de jambe à la tête sautée ou pas.

 

Principaux commandement en compétition

 

Voici les principaux commandements que l’on retrouve en compétition.  Il est essentiel de connaître ces commandements afin d’ajuster sa stratégie et d’éviter d’accumuler les avertissements ou les déductions de point.

 

Coréen

Français

Charyot

Attention

Kyong Ye

Saluer

Junbi

Préparation

Shijak

Commencer

Haecho

Séparer - Pause

Gaesok

Continuer

Goman

Arrêter

Ju Ui

Avertissement

Hong

Rouge

Chong

Bleu

Sung

Gagnant

 

Autodéfense

 

L’autodéfense est la mise en application du Taekwon-Do contre un ou des agresseurs armés ou pas.  Ici, le seul règlement qui compte c’est l’efficacité

 

CONFIANCE EN SOI: «Vous pouvez vous défendre si vous le voulez». En sachant que votre esprit contrôle vos mouvements, il s'agit d'y aller avec tout votre esprit et votre corps et ainsi être convaincu de votre défense.

Garder comme principe qu'un esprit fort est toujours vainqueur!

 

SURPRISE: Il faut savoir choisir le moment de votre défense car il a pour but de surprendre votre agresseur. Celui-ci ne s'attendant pas à votre riposte, mais plutôt à des cris venant de sa victime, causera sans aucun doute, un effet de surprise qui contribuera à votre défense.

 

PRÉCISION: Sachant que votre agresseur est plus fort que vous, ne cherchez pas à lutter avec force, ni à frapper n'importe où, «Gardez votre énergie».

 

PUISSANCE: Pour que la technique soit efficace, votre coup doit porter toute votre force. La force physique effectuée lors de l'usage des techniques d’autodéfense est développée en fonction des lois physique. (voir Théorie de la puissance).

 

CONTINUÏTÉ: Vous ne devez pas compter sur le succès de la défense après la première contre-attaque. Vous devez faire preuve d'une certaine agressivité qui doit rester dans votre esprit, une agressivité nécessaire et positive. Attaquez deux fois ou plus de toutes vos forces et soyez sûr de votre liberté.

 

Cassages

 

Le but de la pratique des techniques de cassage est pour démontrer la puissance et l'agilité qu'est capable de générer un adepte du Taekwon-Do par l'application de la théorie de la puissance.

 

Pour qu'une technique de cassage soit efficace, les critères suivants doivent être respectés:

Prise de mesure adéquate afin d'assurer une bonne précision

 

Trajectoire ainsi qu’un mouvement de recul (élan) de façon à augmenter la puissance.

 

Force de réaction, ce qui augmente aussi la puissance.

 

Vitesse, rotation de l'arme corporelle et des hanches (s'il y a lieu) et contraction finale.

 

Arme corporelle. À ce sujet il est important de noter que l'adepte doit également effectuer des exercices en vue d'endurcir les armes corporelles afin d'obtenir une meilleure efficacité et diminuer les risques de blessure.

 

Pénétration. C'est-à-dire visé plus loin que le nombre de planches à casser, aller au-delà, passer à travers.

 

Si tous ces critères sont respectés et bien appliqués, peu importe le poids ou la grandeur de la personne, la puissance générée peut en impressionner plusieurs.

 

Il ne faut pas oublier l'aspect mental qui prend une grande importance lors des exercices de cassage. Bien souvent, c'est la croyance de la personne qu'elle va se blesser ou échouer qui va faire en sorte qu'elle ne réussira pas. La peur joue un rôle très important dans l'échec ou la réussite des cassages. D'où l'importance de l'application du crédo du Taekwon-Do dans sa pratique, surtout au niveau du contrôle de soi et du dépassement de soi. Lorsqu'on arrive à surpasser ses craintes lors des techniques de cassage et que l'on voit le fruit de nos efforts récompensés par la réussite du bris, la fierté ressentie est inégalée.

 

Finalement, il y a différents types de cassage en Taekwon-Do.

1. Le cassage de puissance : où il est question de démontrer la puissance qui peut être générée par les techniques du Taekwon-Do en cassant plusieurs planches.

2. Le cassage de technique spéciale : où il est question de démontrer l’agilité qui peut être développée en pratiquant le Taekwon-Do en cassant une planche dans une technique de saut ;

3. Le cassage de technique spéciale libre : plus spectaculaire que le précédent, il s’agit ici du cassage de plusieurs planches à la fois lors d’un seul saut.


 

Théorie de la puissance

 

Extrait de: ENCYCLOPEDIA OF TAEKWON-DO, by Gen. Choi Hong Hi, First Edition, 1983, International TaeKwon-Do Federation, Volume 2, pages 14 to 47; Theory of Power; traduction de l'Association, 1ère édition.

--------------------------------------------------

 

La théorie de la puissance

Le nouvel adepte peut se demander: "D'où peut-on obtenir la puissance nécessaire pour créer des résultats aussi dévastateurs que ceux qui sont attribués au Taekwon-Do?" Cette puissance vient de l'utilisation de toute la force d'une personne par l'usage scientifique des techniques du Taekwon-Do. L'individu moyen fait usage seulement de 10 à 20% de cette force. Toute personne qui se conditionne à utiliser 100% de son potentiel peut exécuter les mêmes techniques destructrices, peu importe sa taille, son âge ou son sexe. Quoique l'entraînement amène sûrement à un niveau élevé de forme physique, il n'en résulte pas nécessairement une acquisition d'endurance extraordinaire ou de force surhumaine.

 

L'entraînement au Taekwon-Do permet d'acquérir une grande force de réaction, de concentration, d'équilibre, de contrôle de la respiration et de la vitesse. Ce sont ces facteurs qui permettent un haut degré de puissance physique.

 

Force de réaction

Selon la loi de Newton, chaque force créée à une force égale et opposée. Lorsqu'une automobile se fracasse sur un mur avec une force de 2000 livres, le mur lui retourne une force de 2000 livres; forcer un bout d'une bascule vers le bas avec un poids d'une tonne produit une force vers le haut du même poids à l'autre bout; si votre adversaire se rue vers vous à une grande vitesse, par le plus petit coup sur sa tête la force avec laquelle vous frappez sa tête est celle de son propre mouvement plus celle de votre coup. Les deux forces se combinent. Voilà qui est la force de réaction de l'adversaire.

 

Une autre force de réaction est la vôtre. Un coup avec le poing droit est assisté par le retrait du poing gauche à la hanche.

 

La concentration

En appliquant la force de frappe sur la plus petite cible, il y a concentration de la force et alors, l’augmentation de l'effet.

 

Par exemple, l'eau sort d'un boyau en plus grande force plus l'orifice est réduit. À l'inverse, le poids d'une personne réparti sur des raquettes fait peu de pénétration dans la neige. Les coups en Taekwon-Do sont souvent concentrés à partir des bords de la paume ouverte ou à la jointure des doigts.

 

Il est important de ne pas déployer toute sa force au début mais graduellement. Particulièrement au moment du contact avec le corps de l'adversaire, la force doit être tellement concentrée qu'elle donne un coup décisif. Cela veut dire que plus le temps de concentration est court, plus le coup est fort. La plus grande concentration est nécessaire en vue de mobiliser simultanément chaque muscle du corps sur la plus petite cible.

 

Disons que la concentration s'applique en deux étapes:

la première consiste à concentrer chaque muscle du corps, particulièrement les gros muscles autour des cuisses et de l'abdomen (qui en théorie sont plus lents que les plus petits muscles des autres parties du corps) vers l'arme corporelle appropriée pour usage au moment choisi;

la deuxième consiste à concentrer ces muscles mobilisés sur les points vitaux de l'adversaire. C'est la raison pour laquelle les cuisses et l'abdomen sont contractés peu avant les mains et les pieds dans tout mouvement, soit en attaque, soit en défense.

 

L’Équilibre

L'équilibre est d'une très grande importance pour toutes activités physiques. En Taekwon-Do il exige une attention particulière. En tenant le corps toujours stable, c'est-à-dire bien équilibré, un coup est plus efficace et plus dangereux. En contrepartie, celui qui est en déséquilibre est facilement renversé. La position doit toujours être stable quoique souple, tant en mouvement d'attaque qu'en défense.

 

L'équilibre se divise en stabilité dynamique et statique. Elles sont tellement reliées que le maximum de force ne peut être produit que lorsque la stabilité statique est maintenue par la stabilité dynamique. Pour maintenir un bon équilibre, le centre de gravité de la position doit se trouver sur une ligne droite au milieu des deux jambes lorsque le poids du corps est réparti également sur chaque jambe, ou au centre du pied lorsqu'il est nécessaire de concentrer le gros du poids sur un pied. Le centre de gravité peut être ajusté selon le poids du corps. La flexibilité et la force du genou sont aussi importantes pour maintenir l'équilibre tant au cours d'une attaque rapide que durant une récupération instantanée. Un point à ajouter: le talon du pied arrière ne doit jamais quitter le sol au moment de l'impact. Ceci n'est pas uniquement nécessaire pour un bon équilibre mais aussi pour produire le maximum de puissance au point d'impact.

 

La respiration

Une respiration contrôlée affecte non seulement la résistance et la vitesse d'une personne, mais peut aussi conditionner le corps à recevoir un coup et augmenter la puissance du coup dirigé vers un adversaire. Avec la pratique, l'arrêt de la respiration dans l'état d'expiration au moment critique où le coup est porté à un point sur le corps peut prévenir une perte de conscience et réduire la douleur. Une expiration rapide au moment de l'impact et l'arrêt de la respiration durant l'exécution d'un mouvement tend l'abdomen pour concentrer le maximum d'effort sur le déclenchement de la motion. Une inhalation lente aide la préparation du mouvement suivant. Une règle importante à retenir: il ne faut jamais inhaler pendant un blocage ou un coup de l'adversaire. Non seulement il y a gêne du mouvement, mais il en résulte une perte de puissance.

 

Les adeptes doivent aussi pratiquer des respirations dissimulées pour cacher tout indice extérieur de fatigue. Un combattant d'expérience va certainement forcer une attaque lorsqu'il réalise que son adversaire est exténué.

Une respiration se prend pour chaque mouvement, sauf les cas de mouvements continus.

 

La masse

Selon les lois de la physique, l'énergie ou force cinétique maximum est obtenue par le poids du corps et la vitesse. Il est important que le poids du corps soit augmenté au moment de l'exécution d'un coup. À ne pas oublier, le poids maximum du corps est appliqué avec un mouvement rotatif des hanches. Les gros muscles de l'abdomen sont croisés pour produire un élan additionnel du corps. Ainsi les hanches tournent dans la même direction de celle des armes corporelles qui attaquent ou bloquent. Une autre façon d'augmenter le poids du corps consiste à utiliser l'action à ressort de la jointure du genou. On obtient cet effet en levant légèrement la hanche au début du mouvement et en la baissant au moment de l'impact pour jeter le poids du corps dans le mouvement.

 

En résumé, il est nécessaire de souligner que les principes de force décrit ici sont aussi vrais aujourd'hui dans notre monde nucléaire moderne et scientifique qu'il y a des siècles. Lorsqu'on pratique cet Art, la base scientifique des mouvements et la puissance réelle qui sort d'un corps humain ne peut qu'impressionner.

 

La vitesse

La vitesse est le facteur le plus essentiel de la force ou puissance. En science appliquée, la force égale la masse x l'accélération (F-MA) ou (E-MV).

Un premier exemple: une grosse pierre est lâchée doucement à trois pouces de hauteur sur une vitrine doublée.

Un deuxième exemple: une petite pierre est lancée à grande vitesse contre cette vitrine.

Un troisième exemple: le tranchant de main est passé lentement à travers la flamme d'une chandelle sans encombre pour la flamme. La chandelle, cependant, s'éteint d'un coup de poing ou pied contrôlé arrêté à moins d'un pouce de la flamme.

 

En vertu de la théorie de l'énergie potentielle, tout objet augmente en poids et en vitesse dans un mouvement vers le bas. Ce principe est appliqué à cet Art particulier d'autodéfense. Pour cette raison, au moment d'un impact, lorsque le corps est dans les airs, la main est normalement plus basse que l'épaule et le pied plus bas que la hanche.

 

La force de réaction, le contrôle de la respiration, l'équilibre, la concentration et la relaxation des muscles ne peuvent être ignorés. Ce sont des facteurs qui contribuent à la vitesse. Tous ces facteurs alliés à des mouvements de souplesse et de rythme doivent être très bien coordonnés pour produire le maximum de puissance en Taekwon-Do.

 

 

Protocole

Système de ceinture

Disciplines

 

 

 

©2013